44. Catherine de Baillon et ses ancêtres le Sueur

Catherine de Baillon est une des filles du roy dont l’ascendance est le mieux documentée.  De nombreux chercheurs se sont penchés sur ses ancêtres et ont remonté certaines branches très loin dans l’histoire.  Descendante de familles seigneuriales d’Ile de France, elle arrive à Québec en 1669 et y épouse, le 12 novembre de la même année, Jacques Miville, futur sieur des Chênes.  Il reste des éléments à éclaircir sur les raisons de son départ pour la Nouvelle-France.  Je descends de Catherine par mon père.

C’est du côté d’une de ses arrières grands-mères maternelles, Madeleine le Sueur, que j’ai fait quelques découvertes.

Madeleine le Sueur, épouse de Waast de Marle, écuyer, sieur de Vaugien, seigneurie située à Saint-Rémy-lès-Chevreuse, dans l’actuel département des Yvelines, est fille de Gabriel le Sueur, sieur de Maulny ( Mosny ).  Le fief et seigneurie de Maulny, près Paris selon un des actes où il en est question, se situait à Belleville, et fait donc maintenant partie de la ville de Paris.  Les 19 et 20 juillet 1586, Gabriel le Sueur fait des donations à ses enfants, Nicolas, Marie et Madeleine.  A Madeleine, femme de Waast de Marle, écuyer gentilhomme de la Maison du Roi, il donne une maison à Paris rue Beaubourg, le fief de Bézu, à Assy ( Acy-en-Multien ), le fief et seigneurie de Villers-les-Rigault, des rentes, des terres au terroir de Trocy-en-Multien,  la ferme de la « Cocquelye », près de Provins et la terre et ferme de Ragonant. Au bas de l’acte se trouve une déclaration de Waast de Marle, écuyer, seigneur de Vaugien, autorisant Madeleine Le Sueur, sa femme, à accepter ladite donation.  (1)


Carte des environs de Paris, contenant les villes, bourgs, villages, à la distance de 20 l[ieues] de la capitale.  Gallica.
J’ai indiqué en rouge les donations de Gabriel le Sueur à son fils Nicolas, en jaune, les donations à sa fille Marie, et en bleu, les donations à sa fille Madeleine.  Il est intéressant de constater l’étendue du territoire couvert par ces différentes donations de biens reçus en héritages ou acquis par Gabriel le Sueur.  On sait aussi grâce à ces donations que le fief et terre de Ragonant est échu à la famille de Marle par la donation qu’en fait Gabriel le Sueur à sa fille Madeleine, épouse de Waast de Marle.

A ma connaissance, l’épouse de Gabriel, mère de Madeleine, restait encore inconnue.  C’est l’inventaire après décès de la belle-mère de Gabriel, Jeanne Guillart, qui donnera son som.  Jeanne Guillart est belle-mère de Gabriel le Sueur dans les deux sens du terme; elle est à la fois la seconde épouse de son père et, on le verra plus loin, la mère de son épouse.  Gabriel est fils de Nicolas le Sueur, conseiller au parlement de Paris, et de Marie Rolland, et son père Nicolas est fils de Guillaume le Sueur, conseiller du roi et général de ses monnaies, et de Marguerite de Marle.

L’inventaire après décès de Nicolas Le Sueur est passé le 2 juin 1545 devant Jacques Mussart, notaire à Paris.  Il est dressé à la requête de Jeanne Guillard, sa veuve, tutrice de Louise et Agnès Le Sueur, ses filles, et aussi à la requête de Thierry Dumont, seigneur d’Acy-en-Multien, tuteur de Gabriel et Thibaud Le Sueur, enfants du défunt et de Marie Raoland, sa première femme.  (2)   Dans cet inventaire, on trouve inventoriés des actes citant Sanxon Rolland, qui doit être le père de Marie.

Le testament de Jeanne Guillard, veuve de Nicole ( Nicolas ) le Sueur se trouve dans les Insinuations du Châtelet de Paris, à la date du 19 avril 1575.  (3)

L’inventaire après décès de noble damoiselle Jeanne Guillart, veuve en premières noces de noble homme Renault Jorre, conseiller du roi et sergent du bailli de Meaux, et en deuxièmes noces de noble homme Nicolas le Sueur, conseiller du roi en sa Cour de Parlement, est passé le 20 octobre 1575 devant Jean Trouvé, notaire à Paris.  (4)  Elle serait décédée le 13 octobre 1575, selon sa dalle funéraire, relevée dans l’église Saint-Merri, à Paris.   (5)   Celle de son second mari s’y trouvait aussi, mais la date du décès était illisible.

Dans l’inventaire après décès de Jeanne Guillard, dont malheureusement ne subsistent que les deux premières pages, on trouve des indications importantes sur la famille Le Sueur.  L’inventaire est fait à la requête de Louise Le Sueur, veuve de Rolland de Meaux, écuyer sieur de Charny en Brie, fille de Nicolas et de la défunte, et aussi à la requête de Blanc Dumanet ( ? ), exécuteur du testament et des ordonnances de dernières volontés de Jeanne Guillart.  De son premier mariage avec Renault Jorre, elle avait eu une fille, Marie, qui fut l’épouse de Gabriel Le Sueur, fils de Nicolas et de Marie Rolland, sa première femme.  Gabriel Le Sueur et Marie Jorre eurent cinq enfants qui sont tous cités comme héritiers de Jeanne Guillart, leur aïeule, donc forcément tous enfants de Marie Jorre. On trouve ainsi nommés, Charles, Nicolas et Gabriel, enfants mineurs de Gabriel Le Sueur et de Marie Jorre, représentés par leur père.  Gabriel stipule également pour Waast de Marle, sieur de Vaugien en la présence de Madeleine Le Sueur, sa femme.    Le dernier requérant est Cosme Lhuillier, époux de Marie le Sueur.  Madeleine et Marie sont aussi filles de Gabriel et de Marie Jorre.  On apprend donc grâce à cet inventaire le nom de la mère et des grands-parents maternels de Madeleine le Sueur.

Le contrat de mariage de Marie le Sueur et de Cosme Lhuillier se trouve dans les Insinuations du Châtelet de Paris.  Il est daté des 1er et 21 août 1571.  (7)   Marie est dite fille de Gabriel le Sueur, sieur de Mosny, et de feue Marie Jorre.  Les témoins de Marie sont son père, son oncle Thibaud le Sueur, conseiller du roi en sa cour de parlement, Jeanne Guillard, ayeulle maternelle, Pierre de Longueil, conseiller du roi en sa cour de parlement et Mathieu de Longueil son fils, aussi conseiller du roi en sa cour de parlement, cousins paternels et maternels, Claude Anjorrant, sieur de Latingy, conseiller en ladite cour et Claude Anjorrant, son fils, notaire et secrétaire en ladite cour, cousins du côté paternel.

Radegonde Budé, seconde épouse de Guillaume le Sueur, est inhumée dans l’église Saint-Merri le 7 décembre 1522.  Guillaume le Sueur y est inhumé le 5 mai 1530. (5)

Le partage des biens de Marguerite de Marle, première épouse de Guillaume le Sueur, est passé le 5 mars 1509 devant le notaire Pierre Chevalier, à Paris.  (6)  

L’inventaire après décès de Guillaume le Sueur est commencé le 9 juin 1535 devant le notaire parisien Jean Trouvé.  Des actes inventoriés dans cet inventaire  (8)  permettent de connaître le nom de ses parents.  Le 14 mars 1466, un acte parle de Jean Le Sueur et de Catherine des Portes, sa femme, sans indiquer de lien de parenté avec Guillaume.  Un autre acte du 29 octobre 1470 parle également de Jean le Sueur et de Catherine des Portes, sa femme, sans aller plus loin non plus.

Un troisième acte, passé devant Barthélemy et Andry, notaires au Châtelet de Paris, le 25 avril 1502 parle du partage fait entre Guillaume le Sueur et Denise le Sueur, veuve de feu Laurant Maulevault, des biens à eux appartenant par le trépas de défunts Jehan le Sueur et Catherine des Portes jadis sa femme, leurs père et mère.  Acte inventorié 132 ( VI XX XII )

Un second acte de partage entre Guillaume et sa sœur Denise, passé devant Reynault  ( ? ) le ( ? ) novembre 1512 les dit également héritiers de Jehan le Sueur et Catherine des Portes, leurs père et mère.  Inventorié 134  

Ascendance de Catherine de Baillon jusqu’à Madeleine le Sueur
Ascendance de Madeleine le Sueur

Notes: 

(1)  Archives Nationales de Paris, Insinuations du Châtelet de Paris, Y//128

(2)  AN de Paris, minutes du notaire Jacques Mussart  MC/ET/XX/34

(3)  AN de Paris, Insinuations du Châtelet de Paris  Y//117

(4)  AN de Paris, minutes du notaire Jean Trouvé  MC/ET/XIX/284

(5)  Eglise Sainte-Merry de Paris : histoire de la paroisse et de la collégiale, 700-1910 (Volume 2), par l’abbé Baloche,

(6)  AN de Paris, minutes du notaire Pierre Chevalier  MC/ET/VIII/11

 (7)  AN de Paris, Insinuations du Châtelet de Paris  Y//112

(8)  AN de Paris, minutes du notaire Jean Trouvé  MC/ET/XIX/266

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s