48. Charles, Marie, Barbe, Marie et Mathieu du Montmainier.

Il y a bientôt trois semaines, j’ai publié un article sur Anne Tallebot et ses origines rouennaises. En parcourant les registres paroissiaux de Rouen, j’ai croisé d’autres noms qui figurent dans mon arbre généalogiques, et après avoir terminé le texte sur la famille Tallebot, j’ai décidé de me repencher sur la famille du Montmainier, sur laquelle j’avais travaillé il y a quelques années sans pouvoir dissiper les doutes que j’avais sur l’origine de ces pionniers, dont deux sont mes ancêtres.

Le passage grisé qui suit a fait l’objet d’une mise à jour le 24 janvier suite a la lecture d’un article cité à la note (A).

Je descends par ma mère de Charles du Montmainier et de sa fille Barbe. Charles est venu en Nouvelle-France avant 1670. Sa signature, présente sur deux actes en 1669 et 1670, à peu près identique à celle qu’on retrouve dans l’acte de baptême de sa fille Barbe, le prouve. (A) Il repasse en France à une date inconnue, Barbe ayant été baptisée le 19 octobre 1673 à Catenay, en Seine Maritime, en présence de son père. (1) La mère de Barbe, Marguerite Avollée, ne semble pas être venue en Nouvelle France, probablement décédée en France (ou peut-être pendant la traversée?).

Charles repart pour Québec en 1674. Il est à La Rochelle le 30 avril, où il signe devant le notaire Teuleron un engagement comme taillandier, serrurier et armurier, envers Jacques le Ber. Il déclare être âgé de 38 ans et être natif de Rouen. De retour en Nouvelle-France, il signe devant le notaire Romain Becquet un autre acte d’engagement envers Pierre Bouvier le 13 septembre 1674. (A) Charles Mommainier apparaît ensuite dans un acte daté du 13 juillet 1676 où il est dit « notaire commis en la seigneurie de Repentigny ». Charles est venu avec ses deux filles, Marie, qui deviendra religieuse chez les Ursulines de Québec, et Barbe.

Il apparaît pour la première fois dans les registres paroissiaux de la Nouvelle-France le 10 janvier 1677, où il est parrain de Denise Pigeon, fille de Jacques et de Jeanne Griault, baptisée à Pointe aux Trembles, née le 2 janvier sur la Côte de Repentigny.

Le 12 octobre 1679 à Québec, Charles est parrain de Charles Rose, fils de Noël Rose et de Marie Demontmenie.

Le 10 novembre 1682, il épouse, à Saint Anne de Beaupré, Marie Poulin, dont je descends aussi par ma mère, à travers un des fils qu’elle avait eu de son premier mariage avec Julien Mercier, ce fils ayant épousé Barbe, la fille de Charles. Charles du Montmainier et Marie Poulin baptisent un fils, Louis, le 29 juillet 1685 à Sainte Anne de Beaupré. Sa marraine est sa demi-soeur, Barbe. Louis est inhumé le 13 mars 1703 à Sainte Anne de Beaupré, âgé de 18 ans.

Dans son contrat de mariage avec Marie Poulin, passé le 5 novembre 1682 devant le notaire Claude Auber, Charles est dit armurier serrurier, de la ville de Rouen en Normandie. (2)

Marie du Montmainier, aussi pionnière en Nouvelle-France, mais qui n’est pas mon ancêtre, est certainement cousine de Charles, mais je n’ai pas encore trouvé le lien précis entre eux deux. Elle arrive à Québec vers 1665; le 19 décembre de cette année-là, Julienne Morin, fille de Guillaume et de Marie de Mont-Mesnil est baptisée à Québec. Le PRDH explique que Julienne était une enfant née hors union. Le 7 janvier 1666, Marie épouse Noël Rose à Québec.

L’origine de Marie est déjà connue. Elle est baptisée à Rouen, dans l’église Saint Jean, fille de Michel et d’Elisabeth de la Rivière, mariés à Saint Jean de Rouen le 3 février 1641. Le couple baptise trois enfants à Saint Jean: Elisabeth le 23 janvier 1643, Marie le 25 février 1646, et Mathieu le 25 février 1648. Mathieu vient aussi en Nouvelle-France, probablement au même moment que sa soeur, puisque le 21 février 1666, à Château Richer est confirmé Mathias Monmeniere, âgé de 17 ans et originaire du diocèse de Rouen. Au recensement de 1666, Mathieu Demontmeynier, âgé de 18 ans, est recensé dans le comté de Montmorency comme domestique engagé du sieur Lagarenne sur sa terre de Lottainville. Je n’ai pas trouvé trace de lui après ce recensement.

Les registres de la paroisse Saint Maclou de Rouen contiennent de nombreux actes portant le nom de Montmainier, dont l’orthographe varie beaucoup. On trouve Monmainier, Mommainier, Montmainier, Montmaynier, Montmeinier, Monmenier, Mommaynier, Mommenyer, Mommenier, Montmenyer. Le nom est le plus souvent précédé de la particule « du », parfois de la particule « de » et se retrouve aussi sans particule.

Malheureusement, il n’est pas évident de suivre la lignée familiale à partir des registres de Saint Maclou. Les actes de mariages sont souvent non filiatifs, et les actes de baptêmes, s’ils portent bien les noms des parrains et marraines, ne donnent pratiquement jamais les liens de parenté entre les enfants baptisés et leurs parrains et marraines, le plus souvent issus de la famille.

J’ai relevé près de 130 actes de baptême, mariage et inhumation de membres de cette famille, sur plusieurs paroisses de Rouen et des environs, et sur trois générations; je commencais à avoir une idée assez précise de la famille et des ascendants de Charles, mais en l’absence des indications dont je parlais plus haut, je n’avais toujours pas de certitude sur la structure de la famille du Montmainier… Jusqu’à cet après-midi, où j’ai fini par faire le lien entre Charles, ses frères et soeurs et ses parents, et ce lien vient d’actes de baptême et de mariage tirés des registres de Catenay, où a été baptisée Barbe, fille de Charles.

Gallica
Carte particulière du diocèse de Rouen / dressée sur les lieux par M. Fremont de Dieppe ; gravée par Berey , 1715.
Catenay se trouve à une vingtaine de kilomètres de Rouen.

Barbe est donc baptisée le 19 octobre 1673. Son parrain est François Castel (le prêtre écrit Catel, mais il signe Castel ) et sa marraine est Marie du Montmainier, qui fait une marque, ne sachant pas signer. Charles signe cet acte « Charle Du Mommainier ».

Catenay est certainement le lieu d’origine de Marguerite Avollée, la mère de Barbe. On trouve le nom Avollée plusieurs fois dans les registres paroissiaux de ce village. Je n’ai cependant pas pu retrouver la famille de Marguerite, les registres de 1584 à 1668 étant perdus.

Une branche de la famille du Montmainier s’y était cependant installée.

Le 12 juillet 1676 à Catenay, Geneviefve Monmainier épouse Nicolas Sarasin.  Les parents ne sont pas nommés.  Le prêtre indique que les bans ont été publiés dans les paroisses de Catenay et de Saint Herbland. Parmi les témoins se trouve Nicolas du Monmainier.  Nicolas du Monmainier et Geneviefve ne signent pas et font une marque.  (3)

Ce Nicolas est certainement celui qui se marie, le 24 octobre 1672 à Saint Martin sur Renelle de Rouen.  Il est fils de deffunt Nicolas et de Marie de la Ville, de la paroisse de Saint Martin sur Renelle, mais auparavant de Saint Vivien.  Il épouse Anne Robin, de Saint Martin sur Renelle.  (4)

Le 23 septembre 1677 à Catenay, Louis Sarasin, fils de Nicolas et de Geneviève de Monmainier est baptisé.  Sa marraine est Marguerite du Monmainier qui ne sait pas signer.  (5)

Le 14 mars 1681 à Catenay est baptisée Geneviefve Aubert, fille de Jacques Aubert et de Marguerite du Monmainier, demeurant dans la paroisse de la Ronde à Rouen.  Le parrain est Nicolas du Monmainier et la marraine Geneviefve du Monmainier, qui ne savent pas signer.  (6)

Jacques Aubert et Marguerite du Monmenier se sont mariés quatre jours avant la naissance de leur fille, le 10 mars 1681, à l’église Notre Dame de la Ronde de Rouen.  (7) Marguerite, âgée de 26 ans ou environ, est fille de Nicolas et de Marie de la Ville.  Elle est donc la sœur de Nicolas et de Geneviève.  Nicolas est présent et fait une marque, ne sachant pas signer.  Cette marque est la même qu’on retrouve dans l’acte de mariage de Nicolas avec Anne Robin, la même que fait Nicolas lors du baptême de Geneviefve Aubert, et toujours la même que celle qu’il fait sur l’acte de mariage de Geneviefve avec Nicolas Sarasin.  Nicolas est d’ailleurs dit frère de Marguerite lors du baptême de Geneviefve Aubert.

J’avais déjà repéré la date du mariage de Nicolas du Montmainier et de Marie de la Ville. Ils se sont mariés le 14 juillet 1636 à Saint Maclou.  Les actes de mariages de la paroisse sont perdus pour cette période, mais on trouve cette date dans la Table des mariages de Saint Maclou. 

J’avais aussi trouvé les actes de baptême de deux de leurs enfants. Le 19 avril 1644 à Saint Maclou est baptisé Pierre, fils de Nicollas du Mommainier et de Marie de la Ville.  Parrain Pierre ????? et marraine Françoise Bénard.  (8) Le 21 avril 1645 à Saint Maclou est baptisée Jeanne, fille de Nicollas du Mommainier et de Marie de la Ville.  Parrain Pierre Cloutier et marraine Jeanne Philippes.  (9) Je ne trouvais aucun acte de baptême d’enfants de ce couple entre la date de leur mariage en 1636 et celle du baptême de Pierre en 1644.

J’ai fouillé à Saint Maclou, à Notre Dame de la Ronde, où résidait Jacques Aubert et Marguerite du Montmainier, à Saint Herbland, à Saint Martin sur Renelle et à Saint Vivien, citées dans l’acte de mariage de Nicolas fils, mais rien…

Je suis donc parti à la pêche, épluchant une par une les paroisses de Rouen entre 1636 et 1644 pour finalement tomber sur la bonne. C’est dans la paroisse de Saint Cande le Vieux que le couple baptise ses premiers enfants.

Le 2è jour d’aoust 1637 Charles fils de Nicolas de Montmainnier et de Marie de la Ville sa femme. Le parrain Robert de Montmainnier la marraine Elizabeth de la Ville fut baptizé par Monsieur du Hamon, semainier. (10)

Le seul texte que j’ai trouvé en Nouvelle-France qui donne l’âge de Charles du Montmainier est le recensement de 1681, où il est dit âgé de 45 ans, ce qui le ferait naître vers 1636. (2) Je pense, avec une certitude raisonnable, que l’acte du 2 août 1637 est bien l’acte de baptême du pionnier.

Le 4 septembre 1638 à Saint Cande le Vieux est baptisé Marie, fille de Nicolas Montmeinnier et de Marie de la Vigne (sic).  Parrain Michel Cloutier et marraine Marie de Montmeinnier.  (11) L’enfant baptisée, soeur de Charles, est probablement la marraine de Barbe.

Le 26 octobre 1639 à Saint Cande le Vieux de Rouen est baptisée Marguerite, fille de Nicolas de Mommainier et de Marie de la Ville.  Parrain Raulin de Mommainier et marraine Marguerite de Mommainier.  (12)

Le 8 avril 1641 à Saint Cande le Vieux est baptisée Geneviefve, fille de Nicolas du Monmainier et de Marie de la Ville. Parrain Jacques ???? et marraine Geneviefve le Piart. AD 76, 3E 00999  B 1562-1653, vue 5/103 page de droite.

Le 9 avril 1643 à Saint Cande le Vieux est baptisé Nicollas, fils de Nicollas du Monmenier et de Marie de la Ville. Parrain Jean le Prince, prêtre, et marraine Marie Guillemot. AD 76, 3E 00999  B 1562-1653, vue 13/103 page de droite.

Je ne sais pas si Charles est venu le premier s’installer à Catenay, ou si ses parents y étaient venus avant lui. Les actes concernant ses frère et soeurs qu’on trouve dans les registres de Catenay pourraient laisser penser que la famille y vivait ou y avait vécu.

Je publierai, d’ici quelques jours, ce que j’ai trouvé sur les générations plus anciennes de la famille du Montmainier.

 

Notes:

(A) Cette information est tirée de l’excellent article qu’a publié Roland-Yves Gagné sur la famille du Montmainier, Les origines de Marie, Barbe et Charles du Montmaynier dans la revue Mémoires de la Société généalogique Canadienne-Française, volume 57, numéro 1, cahier 247, printemps 2006.

(1) Archives Départementales de la Seine-Maritime, 4E 01577 Catenay BMS 1668-1699, vue 51/218 page de gauche. Information déjà connue grâce au Fichier Origine.

(2) Toutes les informations sur Marie, Mathieu et Charles en Nouvelle-France sont tirées du Programme de recherche en démographie historique (PRDH)

(3) AD 76, 4E 01577 1668-1699 Catenay, vue 75/218, page de gauche.

(4) AD 76, 3E 00999 M 1656-1674 Saint Martin sur Renelle, vue 63/82 page de droite.

(5) AD 76, 4E 01577 BMS 1668-1699 Catenay, vue 84/218, page de gauche.

(6) AD 76, 4E 01577 1668-1699 Catenay, vue 103/218, page de gauche.

(7) AD 76, 4E 01974 BMS 1680-1682 Notre Dame de la Ronde, vue 16/27 page de droite.

(8) AD 76, 3E 00999  B 1643-1648 Saint Maclou, vue 82/319 page de droite.

(9) AD 76, 3E 00999  B 1643-1648 Saint Maclou, vue 174/319 page de droite.

(10) AD 76, 3E 00999  BS de Saint Cande le Vieux, 1623-1640, vue 77/123 page de droite.

(11) AD 76, 3E 00999  BS de Saint Cande le Vieux, 1623-1640, vue 81/123 page de droite.

(12) AD 76, 3E 00999  BS de Saint Cande le Vieux 1623-1640, vue 85/123 page de droite.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s